La balance des blancs

Lumière : Rayonnement émis par des corps portés à haute température (incandescence) ou par des substances excitées (luminescence), et qui est perçu par les yeux. Définition du Petit Larousse 2009

Température de couleur : la couleur est intimement liée à la lumière et quand la lumière du jour varie au fil des heures, les couleurs changent également depuis la dominante bleutée du milieu de la journée au jaune orange au crépuscule. Pour caractériser cette dominante colorée on parle de température de couleur. […] C’est Lord Kelvin (1824-1907) qui a eu l’idée de comparer les variations de couleur de la lumière du jour avec celles d’un corps non coloré ( le corps noir) que l’on chauffe à haute température et qui passe successivement du rouge, au jaune, au blanc et enfin au bleu. Il propose ainsi une comparaison commode pour caractériser les illuminants naturels ou artificiels. La température de couleur est donc l’indice de neutralité du blanc. Source : Profil-couleur.com

Ainsi le forgeron était capable de déterminer la température de son fer grâce à la couleur et à l’intensité de la lumière qu’il rayonne.

Balance des blancs : L’oeil humain a la particularité de s’adapter de sorte qu’un objet blanc lui apparaîtra blanc malgré la dominante colorée de la lumière naturelle ou artificielle en présence. La fonction Balance des blancs de votre boîtier numérique permet de définir le type de lumière en présence, ce qui facilite le respect des couleurs du sujet photographié. Source : Zoom sur la photo de paysage – Frédéric Lefebvre – Editions Pearson (un ouvrage que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire)

Donc en bref, la balance des blancs est un réglage qu’il ne faut pas rater si l’on veut que les couleurs de la photographie soient naturelles. Pour ce faire, vous pouvez utiliser le mode automatique de votre boîtier (c’est loin d’être infaillible) ou utiliser un réglage pré-défini en fonction de la météo ou du type d’éclairage (en extérieur, je shoote quasi systématiquement en lumière naturelle) ou pour les plus expérimentés en entrant une valeur de température de couleur. Mais quel que soit votre choix, je ne saurais trop vous conseiller de shooter en RAW car cela vous laissera libre de corriger ultérieurement votre balance des blancs comme bon vous semble sans dégradation qualitative.

Le réglage de la balance des blancs peut aussi être source d’originalité dans son image en donnant des couleurs irréelles, ou plus chaleureuses, ou plus flatteuses.

[singlepic id=427 w=600 h=600 mode=web20 float=center]

Canon EOS 40D + Sigma 70-300mm DG APO sur trépied (miroir relevé et retardateur)
1/50 sec – f/5.6 – ISO 640
(photo 1 : BdB lumière fluorescente ; photo 2 BdB ombre ; photo 3 BdB tungstène)

7 commentaires Ajoutez le votre

  1. Sugegorria dit :

    J’ajouterai que le post-traitement de la balance des blancs grâce au RAW permet de comprendre son fonctionnement et d’apprendre bien plus vite
    Sugegorria Articles récents..Field Report – One week in North-West of Spain – September 2012 – Part OneMy Profile

    1. Stéphane dit :

      Pour sûr. De manière plus globale, l’avènement du numérique permet un apprentissage beaucoup plus rapide des fondamentaux et techniques photographiques. Merci pour ton passage et ton commentaire. Je vais aller faire un petit coucou à tes salamandres et autres amphibiens.

  2. Fanny dit :

    Wahoo!!! Superbe! Bravo!

    1. Stéphane dit :

      Merci beaucoup Fanny. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié ton dernier cliché de coccinelle. A bientôt.

  3. Stéphane dit :

    Bonjour à vous Cathy et Sébastien,

    Merci pour votre passage, vos compléments et compliments. Ça rend ce blog un peu plus vivant et plaisant.

    @Cathy : La brume, quel ravissement! Je vais essayer de ne pas faire la grasse matinée ce WE. Etant donné les conditions météo, nous pourrions observer une belle matinée embrumée.
    @Sébastien : Pour la forêt en automne, j’espère que l’hiver nous laissera un peu de temps pour en profiter.

    A bientôt sur l’un ou l’autre de vos blogs…
    Stéphane.

  4. cathy B dit :

    Hello Stéphane,
    Ta photo est superbe 🙂
    Et la brume est LE sujet idéal pour jouer avec sa balance des blancs. Ton article est clair et concis. Il résume tout ce qu’il faut savoir.
    En général, je suis en bdb automatique, avec un ajustement éventuel en raw.
    Dans certaines photos le choix de la balance des blancs s’impose. Mais dans d’autres, comme tu le dis, c’est un véritable outil de personnalisation et de créativité. Jouer sur la balance des blancs permet aussi d’assortir plusieurs photos destinées à être diffusées simultanément.
    Belle journée

  5. SebJ dit :

    Bonjour Stéphane,

    Billet très instructif et utile : la balance des blancs est effectivement un point à ne pas négliger. Comme tu l’as précisé, le format RAW apporte une grande souplesse car il permet de corriger/modifier la BdB en post-traitement. Très utile dans les cas où la mesure auto du boitier se fera piéger (lever ou coucher de soleil et plus généralement toutes les cas où il y a une forte dominante de couleur – comme une forêt en automne 😉 )

    P.S. : Ta photo est très belle.

    A bientôt,
    Sébastien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *